Le XV de France s’est difficilement imposé à domicile (22-16) contre l’Ecosse. Les hommes de Guy Novès enregistrent leur premier victoire dans le Tournoi, après la défaite en Angleterre.

Le match : gagner sans emballer

Pas vraiment brillant ni enthousiasmant, mais un match gagné. C’est le résumé que l’on peut faire de cette rencontre qui était partie sur de bonnes bases en première période, mais qui s’est éteinte peu à peu en deuxième. La philosophie de jeu de Guy Novès a été (pour le moment) un peu oubliée. Les Bleus avaient besoin de se rassurer après de fameuses défaites « encourageantes » face à l’Australie et la Nouvelle-Zélande en novembre, et surtout en Angleterre la semaine dernière. Alors pour le jeu aéré, on repassera. Les Français se sont rassurés sur la conquête, avec une mêlée intraitable, qui a souvent mis à mal son homologue du Chardon. Derrière, seuls Lamerat et Spedding ont surnagé. Le premier a failli inscrire l’essai du break (voir plus loin). Le deuxième a montré sa volonté notamment sur des relances, même s’il manque une pénalité difficile à 50m et est à l’origine du premier essai écossais. Vakatawa, Atonio et Maestri ont marqué le pas.
Côté écossais, on peut se satisfaire d’avoir marqué deux essais. Mais les blessures (Laidlaw, Barclayr, Hardie) ont cruellement handicapé les joueurs du Chardon.

Le joueur : Vakatawa aux abonnés absents

C’est sans doute la plus grosse déception de ce XV de France. Après des débuts fracassants, Virimi Vakatawa semble marquer copieusement le pas depuis le début du Tournoi. L’ailier d’origine fidjienne peut certes apporter de la puissance et des appuis de feu, mais il a surtout coulé en défense ce dimanche après-midi. Et après sa prestation mitigée à Twickenham, il ne s’est donc pas rattrapé à Saint-Denis. Le joueur sous contrat fédéral (sans club officiel donc) a sa part de responsabilités sur les deux essais encaissés par les Bleus. Sur le premier, l’action part d’une touche rapidement jouée par Spedding qui met le ballon en touche. Sur la largeur, Vakatawa monte trop vite sur un adversaire au sol et délaisse son couloir ses 5 mètres. Les Ecossais s’y engouffrent et Stuart Hogg en profite pour plonger dans l’en-but (17e).
Même erreur la deuxième fois (44e). L’ailier français monte sur Russell, l’ouvreur écossais pourtant bien arrêté par Lamerat, ce qui libère Seymour dans le couloir des 5 mètres. L’ailier du Chardon accélère puis tape un coup de pied de recentrage, récupère le ballon avec un peu de réussite et sert Swinson bien au soutien pour plonger sous les poteaux. Le joueur lui-même s’en est excusé après la rencontre.

L’action : Rémi Lamerat à un doigt

On joue la 65e minute, le score est de 16 à 16. Les Bleus dominent depuis quelques minutes et sont dans les 22m adverses. Lopez choisit la pénaltouche plutôt que de tenter les trois points. Après un ballon porté puis des petits tas, les hommes de Novès récupèrent une nouvelle pénalité. Mêlée, ballon sortie, et occasion à 5m de la ligne. Lamerat arrive bien lancé, et tend son bras pour aplatir. L’ancien Castrais pourrait avoir inscrit la pénalité de la gagne. L’arbitre demande la vidéo. Il pourrait sembler qu’un doigt du centre clermontois soit rester en contact avec le cuir au moment de la pression sur le ballon. Au ralenti, Lamerat semble perdre le contrôle du ballon. L’arbitre ordonne une mêlée, qui est pénalisé en faveur des Ecossais. L’action du KO est passée. Finalement, les Bleus s’en sont remis à la botte de Camille Lopez (un seul échec) pour sauver la victoire.

Fiche technique

France 22
Ecosse 16
M-T : 13-11. Au stade de France de Saint-Denis. Arbitre : M. Jaco Peyper (AFS). Evolution du score : 3-0, 3-5, 6-5, 13-5, 13-8, 13-11 / 13-16, 16-16, 19-16, 22-16.

Vainqueurs : 1E Fickou (31) 1T et 5P (7,20,47,72,77) Lopez.
Vaincus : 2E Hogg (17) Swinson (44) 2P Russell (34,39)

FRANCE : Spedding – Nakaitaci, Lamerat, Fickou, Vakatawa (Huget, 53) – (o) Lopez, (m) Serin (Machenaud, 56) – Gourdon, Picamoles, Goujon (Chouly, 45-48 puis 60) – Maestri (Le Devedec, 59), Vahamaahina – Atonio (Slimani, 45), Guirado (cap, puis Tolofua, 72), Baille (Choicci, 59).
Sélectionneur : Guy Novès.

Ecosse : Hogg – Maitland, Jones, Dunbar (Bennett, 57-62), Seymour – (o) Russell (Weir, 75), (m) Laidlaw (cap, puis Price, 25) – Watson, Strauss, Barclay (Hardie, 36 puis Swinson, 41)- J. Gray, R. Gray – Fagerson (Berghan, 59), Brown (Ford, 67), Dell (Reid, 45).
Sélectionneur : Vern Cotter.

Homme du match : Kévin Gourdon. Note du match : 10/20.