Le 10 février, le Musée Saint-Raymond de Toulouse vous propose de passer la Saint-Valentin autrement. Au programme, speed-dating avec les déesses et les dieux de l’Antiquité et plus, si affinités…

On est d’accord, trouver l’amour dans un musée, ça ne sonne pas très sexy. Mais le Musée Saint-Raymond a choisi de ré-inventer la Saint-Valentin, ce jour si spécial pour certains, un peu mièvre pour d’autres. Pour la deuxième année consécutive, il fait la part belle à l’amour, mais aussi à la culture, avec ses soirées Mythic (attention, ce ne sont pas les fameuses soirées Meetic, à quelques choses près…)

« On n’est pas une agence de rencontre. C’est un moyen de toucher ceux qui ne viennent pas souvent au musée, d’une manière originale. L’Association Culture en Mouvements a mis en scène un parcours permettant de découvrir le musée et de, pourquoi pas, rencontrer l’amour », souligne Lydia Mouysset, chargée des publics au Musée Saint-Raymond.

A lire aussi : Rencontrer l’amour sur internet, c’est possible !

Cupidon tire sa flèche depuis l’Antiquité

A l’entrée du musée, les 50 participants recevront un love book. Dedans, ils y trouveront un parcours à suivre pour aller à la rencontre de chaque oeuvre : 10 statues de l’Antiquité. Au signal, la statue tentera de les séduire par un beau discours. Les participants auront 3 minutes chrono pour en discuter et donner une note. Si vous n’êtes pas trop Apollon ou Vénus, pas de panique, tout est prévu. Chaque rotation se fera avec cinq participants différents. De quoi multiplier les rencontres et se découvrir quelques minutes, 10 fois.

Le Love Book pour noter les statues, et des petits mots doux./ Photo DR Culture en Mouvements

A la fin de la soirée (qui dure entre 1h30 et 2h), un petit apéritif aura lieu, le temps de déterminer la statue gagnante du speed-dating. Entre temps, cupidon sera sûrement passé par là. A l’intérieur de leur love book, les participants auront un petit coin pour écrire des mots d’amour. Les impatients pourront les transmettre à ceux qui leur ont tapé dans l’oeil, grâce à des facteurs. « Durant la soirée du 3 février, on a vu quelques mots doux circuler », raconte Lydia.

Si les « fraîchement divorcés » étaient majoritaires aux deux premières éditions, cette soirée de Saint-Valentin est ouverte à tout public, célibataire ou en couple, jeune ou moins jeune.

Tarif: 6 euros + entrée du musée.

A lire aussi : Weezit : une appli pour vaincre sa timidité
A lire aussi : Les agences matrimoniales séduisent toujours
Dossier réalisé par C. Bigo, M. Andrieu & S. Thuault-Ney