Nicolas Sarkozy a été renvoyé devant les juges dans le cadre de l’affaire Bygmalion et des fausses factures de sa campagne de 2012.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Bygmalion. Alors qu’elle est ouverte depuis plusieurs années déjà, la tempête judiciaire continue. Nouvel événement en date: le renvoi de Nicolas Sarkozy, ainsi que d’une douzaine de personnes, devant les juges. Sauf recours, il comparaîtra devant les juges pour financement illégal de campagne. Il est en effet accusé d’avoir dépassé le montant légal de dépense pour sa campagne lors de l’élection présidentielle de 2012. Alors que le plafond était fixé à 16,851 millions d’euros, il aurait dépassé de 42,8 millions d’euros.

Un système de fausse factures

Nicolas Sarkozy est accusé d’avoir bénéficié d’un système de fausses factures pour financer illégalement sa campagne. Ces fausses factures étaient délivrées à la société de communication Bygmalion. Ce système aurait permis à Nicolas Sarkozy de faire passer une partie des coûts de ses meetings sur le compte de l’UMP et ainsi de dépasser le plafond fixé pour la présidentielles.

Bastien Millot, Rui Alves, Sebastien Borivent, Franck Attal, Eric Cesari, Fabienne Liadze, Pierre Chassat, Guillaume Lembert, Philippe Briand, Philippe Blanchetier, Pierre Godet et Marc Leblanc comparaîtront également devant les juges.