Créée à Toulouse en 1997, la Cité de l’Espace est depuis devenue le plus grand site européen de culture scientifique. Cette année, il fête ses 20 ans avec une programmation exceptionnelle à l’image de son rayonnement désormais mondial.

Cette année 2017 pourrait bien être la plus belle de toute pour la Cité de l’Espace. Fêtant ses 20 ans, le centre de culture scientifique dédié à l’Espace compte bien sortir le grand jeu pour combler les passionnés d’astronomie et les novices avides de nouvelles connaissances. Ainsi, le lien, fort unissant l’astronaute français Thomas Pesquet qui se trouve actuellement à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS) et la Cité de l’Espace va une nouvelle fois être mis à contribution. En plus de maintenir jusqu’à fin 2018 l’exposition temporaire Astronautes dans laquelle les visiteurs peuvent découvrir la vie des occupants de l’ISS et toutes les actualités liées à la mission Proxima, la Cité de l’Espace organisera une journée évènement spéciale pour suivre en direct le retour de Thomas Pesquet sur Terre. Même si pour l’instant, l’Agence spatiale européenne (ESA) n’a pas encore divulguée la date exacte de ce jour particulier, celle -ci devrait se être à la mi-mai.

Des congrès importants

Mais le véritable point d’orgue de cette nouvelle année aura lieu du 16 au 20 octobre avec la tenue à la Cité de l’Espace du 30e Congrès Mondial des Astronautes. Durant une semaine, ce sont, en tout, 100 astronautes venus du monde entier qui seront présents pour échanger, informer et débattre avec des professionnels, mais aussi avec les visiteurs et les écoliers, les lycéens ou encore avec les étudiants qui viendront assister à cette semaine unique. C’est d’ailleurs la première fois que ce congrès mondial se tiendra en France.

Avant ce grand rassemblement d’astronautes se tiendra aussi le Congrès Scientifiques des Enfants, le jeudi 30 mars avec en invité de marque, le Français Thomas Pesquet qui interviendra en direct depuis l’ISS par vidéo. Si pour la première fois, ce rendez-vous annuel créé par la Cité de l’Espace sera national avec des animations à Strasbourg, Paris et Vaulx-en-Velin, Toulouse sera encore une fois au cœur de la découverte des métiers scientifiques chez les enfants. Autres évènements annuels très attendus, le Festival Ciel en Fête aura lieu du 2 au 4 juin avec des conférences, des soirées d’observation du ciel et un salon du matériel astronomique tandis que le Festival des Étoiles et des Ailes se tiendra lui du 10 au 12 novembre avec un festival du film, un salon du livre et des conférences.

Des visiteurs toujours plus nombreux

En 20 ans, la Cite de l’Espace n’a fait que monter en puissance, proposant chaque année plus d’animations et attirant ainsi plus de monde. C’est d’ailleurs au cours de cette année 2017 que le centre devrait dépasser la barre des six millions de visiteurs, ceux-ci étant chaque année plus nombreux. Ainsi, après avoir en 2014 pour la première fois dépassé les 300 000 visiteurs annuels, 2016 a été une année record avec la venue de pas moins de 323 000 personnes. « Sur l’année 2016 et sur les 323 000 visiteurs, 14 % étaient des étrangers et ce pourcentage monte à plus de 23% sur la période estivale », a ainsi annoncé avec fierté le vice-président de Toulouse Métropole, Jean-Claude Dardelet. « Les visiteurs étrangers sont de plus en plus nombreux chaque année, preuve de l’attractivité créée par la Cité de l’Espace », a-t-il précise. Et les idées ne manquent pas pour augmenter cet attrait, puisque comme l’a expliqué Sylvie Rouillon-Valdiguié, adjointe au maire en charge du tourisme, Toulouse et son parc scientifique ont de l’ambition. « Nous allons concourir pour l’exposition universelle de 2025 à laquelle Paris est candidate. Toulouse sera candidate pour être la ville de la médiation scientifique, de l’Espace et de l’aéronautique », a-t-elle expliqué.

En attendant, l’été 2017 verra l’ouverture du Planetarium qui a été réaménagé et l’avenir promet peut-être de nouvelles animations comme le confirme Jean-Claude Dardelet. « On se pose la question d’Ariane 6, on y réfléchit, mais il y a encore le temps. Ce ne sont pas les idées qui manquent, mais c’est encore prématuré pour parler de grands investissements pour l’instant », a-t-il indiqué, des étoiles pleins les yeux.