La Turquie a frappé un grand coup. Pour répondre aux accusations de laxisme face aux réseaux djihadistes, au moins 763 personnes ont été arrêtées à travers le pays entre dimanche et aujourd’hui. 

C’est la plus grosse opération anti djihadiste jamais menée par la Turquie. Depuis le dimanche 5 février, un vaste coup de filet a été lancé à travers tout le pays. Résultat, au moins 763 personnes en lien avec l’Etat Islamique ont été arrêtés, dont une soixantaine à Ankara, Istanbul, Izmir et Adana. On retrouve bon nombre d’étrangers, notamment des Syriens. Pour la plupart ils sont soupçonnés d’être des djihadistes. Cette opération a largement été médiatisée en Turquie durant le week-end. Une façon de montrer que le gouvernement prend au sérieux la menace terroriste qui plane sur la Turquie, après les accusations de laxisme dont elle a été victime.

Des cellules dormantes

Un coup de filet géant rendu possible grâce à l’arrestation du terroriste de la boîte de nuit la Reina, Abdulgadir Masharipov. Qualifié de « mine d’informations » par les autorités turques, le terroriste aurait révélé aux enquêteurs le nom de ses contacts et de certaines cellules dormantes, notamment dans la région de Bursa.

Bursa, à l’ouest du pays./ Capture d’écran

La Turquie est devenue l’une des cibles privilégiées de l’Etat Islamique. Entre 2015 et 2016, on compte presque 200 morts dans des attentats de l’EI.  Entre temps, la liste s’est allongée notamment avec l’attentat de la Reina qui avait fait 39 morts.