Changer de banque sera désormais (presque) un jeu d’enfants. La loi Macron sur la mobilité bancaire entre en vigueur dès lundi 6 février. L’objectif est simple : favoriser la mobilité bancaire et stimuler la concurrence pour faire baisser les prix. 

Avant cette loi, changer de banque était une véritable Odyssée, voire un calvaire pour certains clients. Il fallait dresser la liste de tous les virements et prélèvements de compte, et envoyer un nouveau relevé bancaire à tous les établissements avec lesquels des opérations étaient effectuées.
La loi Macron devrait donc ravir les clients mécontents, pressés ou découragés. Et ils doivent être nombreux, puisque 42% des Français n’ont jamais changé de banque. Mais tout ça c’est terminé.

Un processus simplifié…

Désormais, c’est la nouvelle banque qui se charge d’effectuer toutes les démarches de transfert auprès de l’établissement d’origine, et ce, gratuitement sous un délai de 22 jours. Il suffit, tout simplement, au client de rédiger un accord écrit. « Le client n’a plus qu’une seule opération à faire. Il lui suffit de signer un mandat de mobilité à sa nouvelle banque et de lui fournir les coordonnées bancaires du compte dans sa banque d’origine. La nouvelle banque réalise alors en son nom toutes les opérations nécessaires pour informer du changement de domiciliation bancaire tous ses émetteurs de prélèvements et virements récurrents« , comme l’explique la Fédération bancaire française sur son site.

…mais ça coince encore

En effet, si sur le papier la loi fait rêver les millions de Français à posséder un compte bancaire, il ne faut pas oublier les 20 millions de Français privés de mobilité bancaire. Parmi eux, 15 millions ont signé une clause de domiciliation de leur crédit immobilier, ou de leurs revenus, « il y a une clause de domiciliation qui fait que vous devez payer l’échéance auprès de la banque qui vous a prêté. Ces personnes sont donc prisonnières« , explique Serge Maître, président de l’association AFUB. Et de la même façon, 5 millions de titulaires d’assurance-vie se retrouvent coincés. Il faut savoir qu’il n’est pas impossible de transférer un emprunt immobilier, mais il est souvent accompagné de pénalités dissuasives.

Jusqu’à présent, très peu de Français ont osé changer de banque, même si aujourd’hui les banques en ligne séduisent de plus en plus, en partie grâce aux faibles frais bancaires. Les banques s’adaptent, et cela fait des mois qu’elles se préparent à la loi Macron. Une loi qui va transformer les relations clients-banques. Certains parlent même d’un « Big Bang » bancaire, mais seul le temps pourra dire si cette loi va vraiment changer les choses.