Il a pris de plus en plus d’importance dans notre quotidien. A tel point qu’aujourd’hui, il devient difficile de vivre sans téléphone portable. C’est en tout cas le constat que nous ont confiés ces Toulousains rencontrés pendant le week-end. Même si certains regrettent que ces appareils soient de plus en plus fragiles.

Du lever jusqu’au coucher, il rythme leurs journées ! Le téléphone portable est devenu l’accessoire indispensable des jeunes (et moins jeunes) aujourd’hui. Encore plus depuis que nos mobiles permettent de surfer en illimité sur Internet. Mylène, 26 ans, se rappelle de son premier appareil. « Mon premier téléphone, je l’ai eu à 15 ans, quand j’ai eu mon brevet. Au départ, mes parents ne voulaient pas que je l’ai trop tôt. Mais comme je suis partie en internat au lycée, ils se sont dits que ça pourrait me servir pour leur envoyer des nouvelles« , explique la jeune femme, croisée avec ses écouteurs dans les oreilles.

« Le mythique 3310 »

Gabriel, 28 ans, nous donne lui aussi la marque de son tout premier appareil. « C’était le mythique Nokia 3310 ! A l’époque, j’avais un forfait d’une heure d’appel, et je l’utilisais en général au bout d’une semaine ! (rires) », se souvient-il. Car oui, à l’époque, il n’y avait pas les appels et sms illimités… « Les textos coûtaient 10 centimes d’euros. Autant dire qu’il fallait essayer d’abréger le plus possible… Si bien que je ne comprenais pas toujours ce que voulaient me dire mes potes (rires). Ca donnait un truc du style : Slt tu fai koa dim proch ? Ju ma inviT pour PS2, ok?*

Le fameux Nokia 3310./ Photo CC

Pour Jérôme, un ancien utilisateur du même modèle, c’est surtout l’autonomie et la solidité des anciens terminaux qu’il regrette. « Je me souviens que parfois je balançais mon Nokia contre le mur, et il n’avait pas une seule marque. Alors qu’aujourd’hui, à peine on le fait tomber que l’écran se fissure, et il devient inutilisable. Sans compter qu’il faut le recharger au moins une fois par jour, et deux ou trois fois si l’on passe trop de temps à envoyer des textos ou des mails. C’est un peu pénible » peste ce trentenaire qui se définit comme très actif sur son téléphone.

 

Au fur et à mesure, les téléphones portables ont donc évolué. Les constructeurs les ont fabriqué à clapet, puis coulissants, avec des claviers Azerty comme sur les ordinateurs. Et depuis la marque à la pomme (pas de pub gratuite sur ce site !), les « tout-tactile » ont pris le pouvoir.

Textos, Facebook, réveil…

L’application réveil d’un smartphone./ Capture d’écran

Les simples téléphones portables sont alors devenus des ‘smartphones’. L’expression peut être littéralement traduite par ‘téléphone intelligent’. Et leur utilisation a alors complètement changé. L’outil pratique s’est même transformé en une sorte de drogue. « Quand je m’ennuie, je sors mon portable et je m’occupe« , explique Laura, tout juste 20 ans. « J’envoie un texto à mes copines pour discuter par exemple. » C’est donc pour ça que l’on reçoit parfois le fameux ‘Coucou, ça va?’ et que l’on peut donc traduire par ‘Salut, je me fais ch***, on discute ?’. « Après, je peux aller sur Facebook, assez souvent d’ailleurs, juste pour tuer le temps« , continue l’étudiante en première année de licence d’économie. Elle peut ainsi « tomber sur une vidéo de chat et la regarder en boucle au lieu de faire mon devoir noté à rendre pour le lendemain et que je n’ai pas commencé. En fait, je ne sors jamais sans mon portable ! », tranche la jeune fille.

« L’impression de parler à des sourds »

Maxime explique qu’il se sert des fonctionnalités qui lui rendent bien service. « Mon portable est devenu mon réveil, mon agenda pour la semaine, mon appareil photo, et je m’en sers même pour payer sans contact et réserver mes billets de train ou d’avion », énumère ce cadre. « C’est super pratique et ça me fait gagner du temps. »
Mais il n’y a pas que des bons côtés à la place de plus en plus importante que prennent les smartphones. C’est ce que nous a confiés Corine, mère de deux ados : Alexis et Martin, 17 et 14 ans. « Parfois, j’ai l’impression de parler à des sourds. Quand e dis quelque chose à l’un ou l’autre, ils semblent tellement aspirés par leurs téléphones qu’ils ne me répondent pas. C’est assez énervant !« , avoue la mère de famille. « Une fois, je les ai appelés pour venir manger. Ils ne m’ont pas entendue. Du coup, je leur ai envoyé un sms à tous les deux. Et dans les trente secondes, ils étaient tous les deux. C’est drôle, et en même temps assez flippant !« .

Amis lecteurs, si vous nous lisez depuis votre téléphone, un petit conseil : une fois votre visite sur notre site terminée, pensez à débrancher !

*Désolé, même nous, nous n’avons pas réussi à traduire…

On vous laisse avec une petite vidéo qui montre comment les applis des smartphones ont changé notre vie. Souvent pour le meilleur, parfois pour le pire…