François Fillon  s’est exprimé devant la presse ce lundi 6 février au sujet des accusations d’emplois fictifs dont il fait l’objet avec son épouse et ses enfants depuis les révélations du Canard Enchaîné il y a bientôt deux semaines. 

Tout le monde attendait sa contre attaque. Durant  près de 45 minutes, François Fillon s’est exprimé devant plus de 250 journalistes français et étrangers réunis ce lundi 6 février dès 16 heures à son QG de campagne. Le candidat LR à l’élection présidentielle est notamment revenu sur les accusations présumés d’emplois fictifs dont lui et son épouse doivent actuellement répondre devant la justice en précisant que le travail d’attaché parlementaire qu’exerçait Pénélope Fillon « n’a rien de fictif ». 

« Oui, j’ai employé mon épouse comme collaboratrice. Elle a occupé ce poste pendant 15 ans, pour un salaire moyen de 3 277 euros […] Elle a géré le courrier, tenu mon agenda, m’a représenté sur certaines interventions dans la Sarthe. Son travail n’a rien de fictif  et son salaire était parfaitement justifié »

François Fillon en a aussi profité pour fustiger la manière dont la rémunération de Pénélope Fillon a été présenté dans la presse en arguant que celle-ci  « l’a été en brut, en un seul bloc » sans prendre en compte le fait que Pénélope Fillon a été employée pendant plusieurs années. « N’importe quel montant brut sur 15 ans est spectaculaire » at-il ajouté. François Fillon a également reconnu avoir employé deux de ses enfants comme assistants parlementaires pour un salaire net de 3 000 euros en moyenne chacun.

Pour ce qui est de la fameuse vidéo dans laquelle Pénélope Fillon affirme dans un reportage diffusé sur France 2 jeudi dernier qu’elle n’a « jamais été l’assistante de François Fillon », celui-ci se justifie en expliquant que la vidéo a été sortie de son contexte. « On s’appuie sur une ancienne interview, en anglais, dans laquelle elle explique qu’elle n’a jamais été mon assistante. Oui, elle n’a jamais été ma subordonnée, mais ma compagne de travail ».  Selon François Fillon, Kim Wilsher  (la journaliste anglaise qui a filmé la vidéo ndlr) se serait d’ailleurs  « personnellement manifestée » auprès de Pénélope Fillon  pour lui dire « à quel point elle était choquée de l’utilisation qui avait été faite de ces propos ». Une version que la journaliste dément.

 

François Fillon reconnait « une erreur »

S’il tient à préciser que tout ce qu’il a fait est « légal », François Fillon a tout de même concédé qu’il comprenait que ces « pratiques anciennes » ne soit « pas acceptées par les français ». « En travaillant avec ma femme et mes enfants, j’ai privilégié cette collaboration de confiance qui aujourd’hui suscite la défiance. C’était une erreur, je le regrette profondément, et je présente mes excuses aux Français. »

Cependant le candidat LR à la course vers l’Elysée a assuré qu’il ne se retirerai pas de l’élection. « En aucun cas, les sondages ne pourront me faire changer d’avis. Je suis candidat à la présidentielle pour la gagner » a-t-il conclut. 

Retour sur l’affaire

Et si vous n’avez pas tout suivi dans cette affaire, la vidéo ci-dessous peut vous aider

[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=4qS_nf9maJ4[/embedyt]