Le militant altermondialiste et anti-évasion fiscale , Jon Palais, a été relaxé lundi 23 janvier. Il était accusé par la BNP Paribas de vol en réunion dans une succursale du groupe, le 19 octobre 2015.

Le « faucheur de chaises », Jon Palais, a été relaxé lundi 23 janvier par le tribunal correctionnel de Dax. Il était jugé pour avoir revendiqué un « fauchage » de chaises dans une succursale de la BNP Paribas, le 19 octobre 2015.

Militant altermondialiste, Jon Palais avait revendiqué le « fauchage » des chaises afin de dénoncer l’évasion fiscale des banques. Le « faucheur de chaises » était défendu par Eva Joly magistrate et candidate écologiste à l’élection présidentielle de 2012, et sa fille Caroline Joly. A 37 ans, Jon Palais avait refusé que l’on effectue des prélèvements biologiques et un relevé de ses empreintes. Au vu de cela le tribunal a tranché : les éléments constitutifs du vol n’ont donc pas été prouvés, c’est la relaxe. La BNP, en tant que partie civile, n’était pas représentée mais réclamait la somme symbolique d’1 euros .

Le militant voit ainsi dans cette décision « un signe fort pour la légitimité des actions des faucheurs de chaises »,  dans sa lutte contre l’évasion fiscale. Une quarantaine d’actions de ce style ont été menées. Plusieurs banques ont été touchées : ANV-COP21, Attac, Les Amis de la Terre ou Alternatiba… d’autres procès sont donc à venir.