C’est une scène d’une atrocité sans nom qui s’est déroulé le 15 janvier en Gambie. Habib Barrow, 8 ans et fils du président élu Adama Barrow a été tué puis dévoré quatre pitbulls. Cette mort affreuse intervient dans un climat extrêmement tendu et laisse des doutes sur les causes de ce décès.

Un contexte politique ultra violent

C’est dans un contexte politique des plus critiques que se trouve plonger la Gambie depuis l’élection présidentielle du 1er décembre 2016. Président aux tendances dictatoriales depuis 22 ans, Yahya Jammeh a perdu sa place lors de ce scrutin, mais ne semble pas vouloir quitter le pouvoir, forçant le vainqueur Adama Barrow à fuir le pays. Avec l’armée sénégalaise qui a massé ses troupes à la frontière entre les deux pays, l’état d’urgence instauré en Gambie et la présidente du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, qui a échoué à réaliser une médiation entre les deux présidents, sortant et élu, la situation n’a fait que s’engluer ces dernières semaines. À tel point qu’Adama Barrow a dû quitter le pays dans la nuit du 11 au 12 janvier et demande à sa famille de se mettre à l’abri. Il s’enfuit alors au Mali pour demander de l’aide lors du sommet France-Afrique à Bamako avant de se réfugier au Sénégal jusqu’à son investiture prévu pour le jeudi 19 janvier.

Habib Barrow séparé de sa famille avant de mourir

Sans que l’on sache pourquoi, le jeune fils d’Adama Barrow, Habib, âgé de 8 ans et qui était pourtant placé chez sa tante se retrouve chez le beau-frère de celle-ci, un homme d’affaire nommé Vieux Ceessay. La tante du petit Habib l’aurait séparé du reste de ses frères et soeurs pour une raison inconnue et placé chez cet homme possédant plusieurs chiens dangereux. Là, l’homme aurait se serait absenté comme l’explique une voisine à nos confrères du Monde : « vers 17 heures, Vieux Ceessay est sorti de la maison en y laissant le jeune Habib et la femme de ménage qui officiait derrière la cour, sans prendre la précaution d’attacher les chiens. Quelques minutes plus tard, quelqu’un a sonné à la porte et le jeune Barrow est allé ouvrir. C’est là que les pitbulls se sont attaqués à lui, causant l’irréparable ».
Un simple accident qui ne convainc pas les Gambiens, qui voit dans la mort du jeune garçon l’ombre de Yahya Jammeh. Le président sortant – qui vit constamment entouré de marabouts et se dit posséder des pouvoirs magiques – aurait-il organisé cette mort ? Est-ce un simple accident ? Le doute persiste tandis que la police mène l’enquête et que des rumeurs plus ou moins fantasques court dans tout le pays. En attendant, Adama Barrow devrait normalement être investi président de la République Islamiste de Gambie ce jeudi à Dakar