Mardi 17 janvier, en visite à Lamballe, en Bretagne, l’ex-premier ministre Manuel Valls s’est presque reçu une gifle durant sa visite. Il a décidé de porter plainte.

Dans la soirée du mardi 17 janvier, Manuel Valls a assuré qu’il porterait plainte contre le jeune homme qui lui a donné une gifle, dans la journée, à Lamballe. « Toute violence est inacceptable en démocratie », a affirmé l’ex-premier ministre au lendemain sur FranceInter, pour expliquer sa plainte. Sa décision a suscité de vives réactions.

 


Le jeune homme, âgé de 19 ans et proche de la droite extrémiste en Bretagne, a été placé en garde à vue par la gendarmerie de Lamballe pour « violence sur une personne chargée d’une mission de service public ». Il encourt jusqu’à 3 ans de prison.

Manuel Valls sortait de l’hôtel de ville de Lamballe, quand l’incident est arrivé. Aux côtés de Jean-Luc Le Drian, ministre de la Défense et président de la région Bretagne, il est allé à la rencontre de ses partisans. Quelques mains serrées, quelques mots échangés avec ses électeurs, et la gifle. Un jeune homme de 19 ans crie « Ici, c’est la Bretagne » et tente de faire valser l’ex-Premier ministre.

A quatre jours du premier tour des primaires de la gauche, cette plainte va-t-elle jouer en sa défaveur ?