L’équipe de France débute « son » mondial ce mercredi soir à Bercy. Un premier match face au Brésil pour défendre le seul titre qui reste encore accroché à leur palmarès.

La pression, ils connaissent. « On l’a toujours », dit même Nikola Karabatic, le demi-centre des « Experts ». Doubles champions olympiques, quintuple champion du monde et triple champion d’Europe, les Bleus ont le plus grand palmarès du handball mondial. Mais la compétition qui s’ouvre ce mercredi pourrait marquer un tournant dans leur Histoire. Depuis 2008 et le premier titre olympique, les Bleus ont toujours détenu un sacre international. Ils ont même été jusqu’à s’accaparer les trois titres majeurs entre 2008 et 2011. La perte du titre mondial marquerait donc la fin d’une ère pour la plus grande équipe sportive française de tous les temps.

Transmission
Un chapitre est en tout cas en train de se refermer. Sur le terrain d’abord. La perte du titre olympique l’an passé a accéléré ce besoin de renouvellement.  Les jeunes ont peu à peu pris le pouvoir. Ce qui a valu au capitaine emblématique, Jérôme Fernandez (39 ans), de ne plus être convoqué par Claude Onesta pour les Jeux de Rio l’an passé. Kentin Mahé, le joueur de Flensburg, Adrien Dipanda (St-Raphaël) et Nedim Nemili (PSG) représentent cette nouvelle génération. Les anciens comme Daniel Narcisse et le gardien Thierry Omeyer sont les murs porteurs de cette esprit victorieux. Ils transmettent l’état d’esprit d’un groupe atypique. D’abord bronzé, puis barjot, costaud, avant de devenir expert. Et les stars comme les frères Karabatic et Luc Abalo sont en pleine force de l’âge. Bref, une nouvelle alchimie a tout pour prendre. Il reste cependant à gérer l’attente insatiable de victoire pour une équipe peu habituée à la défaite.

Onesta, dernière ?
Sur le banc, le chantier est aussi en cours. L’adjoint de Claude Onesta, Sylvain Nouet, a été remplacé courant 2015 par Didier Dinart. Le Guadeloupéen a intégré le staff pour s’occuper de la défense française. Avant de prendre de l’épaisseur en septembre dernier. Dinart et Guillaume Gille ont été nommés coentraîneurs. Onesta a lui pris du recul. « Mais il reste le porteur du message » assure Gille. Le Grand Manitou du hand français ne s’occupe plus du tout de tactique, pour préférer la gestion humaine du groupe. Vendredi à Montpellier, il était en tribunes, au milieu des réservistes. L’homme qui fêtera ses 60 ans le mois prochain pourrait faire ses adieux à la sélection. Un titre de champion du monde en France l’inscrirait encore plus au panthéon du sport français et mondial. Une porte de sortie à la hauteur d’un homme qui a toujours fait l’unanimité.

Claude Onesta pourrait tirer sa révérence./ Photo CC

Sur le même sujet : Où vont jouer les adversaires des Bleus ?

LE CALENDRIER DU PREMIER TOUR
Mercredi 11 janvier,
France-Brésil, Accord-Hotel-Arena de Paris, 20h45.
Tous les autres matchs du premier tour auront lieu à la Halle XXL de Nantes.
Vendredi 13 janvier, Japon-France,  17h45.
Dimanche 15 janvier, France-Norvège, 17h45.
Mardi 17 janvier, Russie-France, 20h45.
Jeudi 19 janvier, France-Pologne, 17h45.

Tous les matchs sont diffusés sur BeIN Sports. A partir des quarts-de-finale, TF1 retransmet les matchs de l’équipe de France.